Notre Pédagogie

« L'enfant est le constructeur de l'homme. »

Maria Montessori (L’Esprit Absorbant de l’Enfant)

 

Par ses observations et ses connaissances sur le développement de l’enfant, Maria Montessori a compris l’importance pour les adultes de changer de regard afin d’aider l’enfant à développer tant son potentiel humain que sa propre individualité au sein d’un groupe social.

3-6 ans

« Aide-moi à faire par moi-même », telle est la demande fondamentale que l’enfant de cet âge adresse à l’adulte. Combien de parents ont entendu leur petit enfant dire avec virulence « moi tout seul, moi tout seul !! ». « Le premier instinct de l’enfant est d’agir seul, sans l’aide d’autrui, et son premier acte conscient d’indépendance est de se défendre de ceux qui essaient de l’aider. » Maria Montessori (L'Esprit Absorbant de l'Enfant).

L’environnement préparé

Dans un groupe d’enfants d’âges mélangés, l’enfant évolue dans un environnement entièrement préparé pour lui : le matériel est adapté à sa taille et à sa force, l’enfant peut se mouvoir librement et agir sans l’intervention constante d’un adulte. L’enfant vit sa propre expérience et développe efficacement son indépendance. 

L’environnement préparé est organisé autour de cinq aires :

  • L’aire de la vie pratique (matériel que les adultes utilisent quotidiennement mais adapté à la taille et à la force de l’enfant) pour affiner les gestes en développant le mouvement et la motricité fine, et pour permettre à l’enfant d’être autonome dans la vie de tous les jours. Ces activités étaient chères à Maria Montessori car elle a pu observer que les enfants ne cherchaient pas à accomplir une tâche pour la tâche elle-même, mais comme un moyen pour investir leur mouvement, le construire, le raffiner et se l’approprier : cela impliquait un phénomène de répétition de l’activité et une concentration particulièrement importante, deux éléments essentiels dans le développement de l'enfant et la construction de son intelligence.

  • L’aire du matériel sensoriel pour affiner les sens et structurer l'esprit de l'enfant en créant des associations, des comparaisons et des gradations. Ces activités génèrent aussi le besoin de répétition chez l'enfant et le dirigent ainsi vers le chemin de la concentration. La manipulation sensorielle permet aux enfants d’acquérir un rapport concret avec les objets tout en le dirigeant peu à peu vers les concepts du monde qui l'entoure.

  • L’aire du langage, la source même de l'écriture et de la lecture. Le langage nourrit également le développement social de l’enfant, qui se construit, au sein d'un groupe, dans et par le langage. Le matériel mis à disposition génère l’activité qui va permettre à l’enfant de cristalliser son élan d’apprentissage au bon moment : par exemple, la manipulation quotidienne du matériel de langage écrit encourage l’enfant à développer l’écriture puis la lecture. Vers l’âge de 5 ½ ans, l’enfant découvre aussi une approche de la grammaire de manière sensorielle. Tout notre matériel de langage est décliné en français et en anglais.

  • L’aire des mathématiques et les activités correspondantes sont présentes pour répondre au profond besoin d’ordre de l'enfant, à sa compréhension du monde et à son besoin d’organiser ses perceptions. Le matériel de mathématiques lui apprend le dénombrement d’abord de 1 à 9, puis les caractéristiques du système décimal avec une approche des quatre opérations de manière sensorielle. En parallèle, l’enfant se familiarise avec le dénombrement de 11 à l’infini, puis commence les activités de mémorisation des opérations, qui peu à peu le mènent naturellement et instinctivement à l’abstraction.

  • L'aire de la culture (géographie, sciences, botanique, musique & art) attise la curiosité des enfants pour le monde qui les entoure : nomenclature des plantes et différentes espèces animales, animaux en 3D, puzzles des continents et des pays, globes et drapeaux, expériences scientifiques, etc.

Chaque aire est équipée du matériel Montessori correspondant : des activités ordonnées, structurées et structurantes qui nourrissent l’esprit absorbant de l’enfant et lui permettent de développer la concentration, l'ordre, le raffinement du mouvement, la pensée logique et l'indépendance.

L’enseignant préparé

Le rôle de l’enseignant est de faire le lien entre le matériel pédagogique et l’enfant. Grâce à des cycles de travail matinal de trois heures, il encourage l’activité autonome continue, il guide l’enfant à travers les cinq aires et l’aide à mobiliser son attention dans des activités spécifiques. Ainsi ce n’est pas l’enseignant qui va aider l’enfant à se construire, ce sont les activités qui vont développer chez lui le phénomène de l’attention, l’engagement du mouvement et la répétition : phénomènes nécessaires dans le développement de la concentration et dans la construction de l’intelligence.

Les périodes sensibles

“L’intelligence de l’homme ne sort de rien : elle s’édifie sur les fondations élaborées par l’enfant pendant ses périodes sensibles.” Maria Montessori (L'Enfant). Qui n’a pas déjà vu son petit enfant passer de longs moments à aligner les chaussures dans l’entrée ou à s’exercer sans relâche à sauter par-dessus un objet ? Les périodes sensibles sont des périodes passagères à l’œuvre chez l’enfant de 0 à 6 ans ; elles correspondent aux lois naturelles de développement de l'enfant et interagissent entre elles.

Maria Montessori définit cinq périodes sensibles (entre 3 et 6 ans) :

  • La période sensible de l'ordre

  • La période sensible du développement et du raffinement du mouvement

  • La période sensible du développement et du raffinement des perceptions sensorielles

  • La période sensible du développement et du raffinement du langage (pour accéder à l’écriture et à la lecture)

  • La période sensible du développement social

Les périodes sensibles sont constructrices des capacités de l’enfant. La pédagogie Montessori profite de ces périodes pour aider l’enfant à intégrer, très naturellement et instinctivement grâce à son esprit absorbant, des notions qu’il aurait moins de facilité à intégrer lorsque sa période sensible serait passée. L’enfant développe ainsi autonomie, estime et confiance en lui dès le plus jeune âge.

6-9 ans & 9-12 ans

« Aide-moi à penser par moi-même », telle est la demande fondamentale que l’enfant de cet âge adresse à l’adulte. « Quand l’enfant était tout petit, il suffisait de l’appeler par son nom pour qu’il se retourne ; maintenant, c’est à son âme qu’il faut faire appel et, pour cela, il ne suffit plus de lui parler : il faut l'intéresser ; ce qu’il apprend doit être intéressant, doit être fascinant ; il faut apporter du grandiose : pour commencer apportons-lui le Monde. » Maria Montessori (De l’enfant à l’adolescent)

Dans un environnement 6-12, l'objectif de l'enseignant est de favoriser l’engagement personnel des enfants dans le travail en respectant les caractéristiques de son âge.

Le raisonnement : l'enfant veut comprendre par et pour lui-même. Il veut connaître le Pourquoi et le Comment des choses, tout savoir et tout connaître. Maria Montessori préconise de « semer des graines, le plus possible » dans tous les domaines.  A travers les présentations, les expériences, les recherches, l’enfant entre dans tous les domaines de connaissance. Porte d’entrée dans la culture, ils permettent à l’enfant de construire son savoir et mettre sa capacité de raisonnement à l’épreuve.

 

L’imagination : le rôle de l’enseignant consiste à intéresser l’enfant pour stimuler son imagination créatrice en provoquant l'étonnement et l'émerveillement.

En début d’année, l’enfant entend 5 grandes histoires, présentées sous la forme de récits :

  • La création de l'Univers et de la planète pour introduire la géographie, l'astronomie, la géologie…

  • L'évolution de la vie sur Terre depuis la cellule jusqu’à l'organe pour ouvrir à la botanique et la zoologie.

  • L'apparition de l'homme sur la Terre et son évolution jusqu'à notre ère, pour aborder l'Histoire et la Biologie.

  • L'invention et l’évolution des systèmes de communication (langages, écritures, arts...) pour étudier les différentes civilisations humaines.

  • L'histoire des nombres et l’évolution des mathématiques pour introduire l’esprit scientifique.

Ces histoires sont le fil conducteur du travail de l’enfant durant les 6 années de son parcours en 6-12. A l’issue de ces 6 années, l’enfant comprend les interconnections du monde qui l’entoure et son rôle dans la société.

 

Le travail en groupe : l’enfant de 6 ans oscille entre ses parents qu’il aime et le besoin de rejoindre ses amis. Il aime la compagnie et la coopération. En classe, il développe son esprit grégaire à travers des projets qu’il mène avec ses pairs. Il apprend :  à rechercher des informations dans les encyclopédies et livres à sa disposition, à se répartir le travail, à créer un texte ou une fresque historique.

En partageant leurs recherches au groupe, les enfants intègrent ces nouvelles connaissances et développent leur confiance en eux. Parallèlement, ils éveillent la curiosité et l’intérêt de leurs camarades et transmettent l’envie de faire pareil ! L’enfant reste toujours actif dans son travail, c’est le meilleur moyen d’organiser son intelligence et favoriser son autonomie.

 

Responsabilités, sens de la morale et de la justice : à cet âge, l’enfant veut distinguer le bien et le mal et développer ainsi sa conscience morale. Les responsabilités que prennent chaque enfant dans la classe et la manière de travailler librement par projet permet de construire progressivement un sens de l’autre fait de respect, d’engagement  et de responsabilités. Cet engagement dans le travail permet de renforcer leur autonomie, développer leur confiance et l’estime d’eux-mêmes pour toute la vie.

Plan d'études romand

Le plan d'études romands (PER) est largement couvert, et testé au moyen des Epreuves Cantonales en 6P et 8P.

Des cours d'allemand sont dispensés dès l'âge de 6 ans sous forme d'initiation, dès l'âge de 8 ans par des cours deux à trois fois par semaine, en utilisant le matériel Montessori et le matériel recommandé par le PER (Grüne Max et Junior)

La musique, l'art et le sport font partie intégrante du programme pédagogique Montessori.

Questions fréquentes / Mythes et réalité

Mythes et faits : Les idées fausses les plus courantes sur la pédagogie Montessori

Quand les neurosciences confirment les observations de Maria Montessori : « Les études neurobiologiques confirment très souvent les bons résultats des méthodes actives [Maria Montessori] pratiquées depuis bientôt un siècle en Europe ou ailleurs. (…) Toutes préconisent des choses qui sont validées par les études les plus récentes du cerveau, à savoir :

  • L’importance de l’empathie envers l’élève : le dénigrement et la punition sont contreproductifs. Un jeune apprend toujours mieux dans un environnement où il se sent respecté et sécurisé.

  • L’efficacité de la coopération entre élèves : un élève apprend et retient mieux en résolvant des problèmes à plusieurs qu’en travaillant seul à partir d’un cours magistral.

  • La reconnaissance que l’erreur fait partie de l’apprentissage : elle est souvent le résultat d’une mauvaise stratégie et peut être corrigée. Comprendre la nature de l’erreur et s’en servir pour avancer est cent fois plus productif que de recevoir une mauvaise note.

  • L’importance du contact avec le monde physique : bricolage, jardinage, manipulation d’objets géométriques, le « hands on » comme disent les Américains favorisent beaucoup plus l’apprentissage que l’abstrait ou le virtuel. Ce qui ne veut pas dire que l’enfant ne peut pas aborder l’abstraction, mathématique par exemple, mais il l’intériorise mieux s’il y vient par la résolution d’un problème matériel.

  • Les techniques pour améliorer l’attention de l’élève : l’enseignant doit organiser l’activité de façon à ce que l’attention de l’élève soit captivée, puis maintenue. La tâche à accomplir doit être bien définie, de façon à bien orienter l’attention de l’élève. Pour améliorer les capacités de l’élève à se concentrer on peut utiliser des techniques comme la méditation en pleine conscience, la pratique d’un instrument de musique, le tir à l’arc, etc.

Ainsi, nous sommes sans aucun doute à l’aube d’une révolution pédagogique, qui bouleversera dans les prochaines années les habitudes de tous les acteurs : élèves, parents, enseignants et administrateurs (…). »

Source : https://www.consoglobe.com/ecole-neurosciences-mythes-realite-cg/2

.

© 2019 Montessori Rive Gauche 

Chemin des Gotettes 15 

1245 Collonge-Bellerive, Genève, Suisse 

+41 (0) 78 806 22 42